Dyscalculie

CENTRE PMS DE VIRTON WBE 

Cabinets de consultations à :

GERER UN TROUBLE D'APPRENTISSAGE

Les difficultés persistantes en mathématiques s’expriment généralement de 2 manières :

 

  • Difficultés à s’approprier la signification des nombres et du langage mathématique.
    En effet, un nombre renvoie à une quantité précise, et peut être transcrit en chiffres ou en lettres ; les opérations (+, -, x, :), la comparaison de quantités etc. peuvent être décrits avec beaucoup de termes différents ;

 

  • Difficultés au niveau de la mémoire verbale (court et long terme). Les procédures de calcul et stratégies de raisonnement conseillées en classe ne s’automatisent pas facilement, l’enfant ne les comprend pas et/ou n’arrive pas à les appliquer. Votre enfant aura sûrement besoin de beaucoup d’entraînement.

 

Conseils pour la classe :

 

Conseils spécifiques pour s’approprier la signification des nombres et du langage mathématique :

 

  • Utiliser du matériel concret pour réaliser les calculs: les doigts, des petits objets (pailles, billes, bonbons, marqueurs…), dessiner des petits points sur une feuille, un mètre-ruban. Cette étape peut prendre du temps mais elle est essentielle.
  • Pour les tout-petits : dénombrer les escaliers lorsqu’on les monte, compter le matériel pour dresser la table, jouer à la marelle, tous les jeux de plateaux avec un dé sont parfaits également...
  • Apprendre par cœur les « faits arithmétiques ». Ce sont les calculs que l’on apprend par cœur comme par exemple les additions/soustractions égales à 10 ou les tables de multiplication : c’est une étape longue et fastidieuse qui permettra à l’enfant de faire ses calculs plus rapidement, et lui donnera rapidement un sentiment de compétence.
  • Si malgré les tentatives, la mémorisation n’est pas efficace, prévoir une fiche avec les tables d’additions/de multiplications à portée de mains.
  • Utiliser un brouillon, même pour les calculs mentaux: cela permettra de comprendre la raison d’un échec éventuel et d’y remédier. Cela évitera aussi que votre enfant essaie de répondre au hasard. De plus, cela pallie en grande partie les difficultés de mémoires à court et long terme.
  • Utiliser des cahiers à carreaux pour poser les calculs écrits. Il est préférable d’écrire un chiffre par case. Ainsi, la mise en page sera aérée, structurée et il restera de la place pour les retenues si nécessaire.
  • Créer des fiches pour chaque opération (+, -, x, :), en notant ce qui vous semble important pour chaque (procédures, stratégies)
  • Utiliser la calculatrice pour vérifier les résultats obtenus.

 

 

Conseil de lecture pour enfants :

Mathis n’aime pas les maths ! A. Lafays et A. Boulanger (2014), Éditions Dominique et compagnie.